De Bali à Gili Air

Me voilà à Bali, en Indonésie.

Après ma mésaventure à l’aéroport de Genève concernant le refus d’embarquement sans preuve de sortie du territoire thaï après 30 jours, je me suis dit que j’allais assurer mon coup cette fois ci (cf de Genève à Koh Tao: https://sophietraveltheworld.wordpress.com/2015/09/07/de-geneve-a-koh-tao/)

J’ai pu lire sur internet que certaines compagnies en direction de l’Indonésie demandent de voir le vol de sortie du territoire à l’embarquement et aussi que pour le visa à l’arrivée, il pouvait arriver qu’ils le demande (même si c’est très rare d’après ce que j’ai pu lire).

Tant pis cette fois ci j’assure mon coup, j’achète à l’avance un billet pas cher Denpasar- Kuala Lumpur avec Airasia juste pour être tranquille.

Au moment du check-in/embarquement on ne me demande rien, à l’immigration à Denpasar non plus. Je suis tombée sur un mec à l’immigration super sympa et souriant qui ne m’a absolument rien demander, à part combien de temps je pensais rester. Je lui ai dit 1 mois, peut-être plus, on verra… Le seul truc qu’il m’a dit c’est « ok, it depends on your mood » en rigolant.

Le visa est gratuit pour certains pays, y compris la Suisse et les pays de l’UE. C’est un visa de 30 jours, NON RENOUVELABLE. Sinon en payant 35 USD, le visa est renouvelable 1 mois de plus, soit 60 jours au total (ce que j’ai fait ne sachant pas exactement combien de temps j’allais rester ^^)

La sortie de l’aéroport de Denpasar est un peu, comment dire, «  lourde ». Tous les 2 mètres : « taxi, taxi, taxi» « where are you going ? » « cheap cheap taxi »… difficile de leur échapper ils te poursuivent. Je ne veux pas de taxi, je veux les transports publics !!!

Trouver la station de bus est une autre affaire, ce n’est pas indiqué. On me montre un banc un peu plus loin et me dit d’attendre là. Personne… à part 2 mecs de la compagnie de bus, super sympa qui m’ont bien aidée pour la suite du trajet, et une fille indonésienne, avec qui je commence à taper la causette.

Ayant déjà bien visité Bali lors d’un précédent voyage, mon idée est de partir rapidement vers l’est en direction des îles de Flores et Komodo. Je me dirige donc vers Padangbai, c’est à l’est de l’île de Bali, c’est de là que partent les bateaux pour Lombok ou les îles Gilis. Le trajet à faire est le suivant :

  • Un premier bus de l’aéroport à Batubulan (1h, 3’500 IDR, 0.20 CHF !!) (c’est un bus sponsorisé par le gouvernement, c’est pour ça qu’il est si peu cher)
  • Un bémo (une sorte de minibus qui s’arrête pour prendre du monde partout) de Batubulan à Padangbai (environ 2h selon le nombre de stop qu’il fait, 70’000 IDR, 4.60 CHF)

Easy… sur le papier. Environ 40 minutes d’attente avant que le fameux bus pointe son nez : plein à craquer. On me dit que je dois attendre le suivant, qui vient dans 1h. Arf !

Pour éviter cette attente, avec ma nouvelle amie indonésienne, on a feinté, on a pris un autre bus qui nous sortait de l’aéroport (jusqu’à Tuban), puis de là-bas on a pu attraper un autre bus pour Batubulan sans trop devoir attendre. Petit cours d’indonésien improvisé dans le bus, elle me remémore mes bases oubliées depuis le temps. Super rencontre ! Je suis d’ailleurs chaleureusement invitée chez elle si je passe par Yogyakarta (île de Java). Une invitation qui ne se refuse pas  😀

IMG_20150929_164027

Station de Bémo de Batibulan
Station de Bémo de Batibulan

Arrivée à Batubulan, je dis au revoir à ma nouvelle amie qui elle s’arrête là. Maintenant me reste « plus que » mon fameux bémo à prendre jusqu’à Padangbai. Sauf que le bémo en question attend d’avoir un certain nombre de personnes dedans pour pouvoir partir. Je suis seule ! C’est reparti pour une longue attente.

Le conducteur me dit qu’il est là depuis 5h du mat’ (il est 15h), je suis la première de la journée. On dirait que je ne suis pas prête de partir. Commençant à trouver l’attente un peu longuette, j’ai fini par accepter son offre de me faire un « private bémo », sans arrêt, direct jusqu’à Padangbai par la grosse route pour 200’000 IDR, CHF 13.25. Finalement je n’aurais pas payé beaucoup plus cher à prendre un taxi directement depuis l’aéroport, j’aurais « gagné » environ 3-4h de trajet et d’attente, mais ça ne vaut pas la super rencontre que j’ai faite. Pour moi c’est ça le vrai voyage.

Une petite marche dans les environs (il y a une jolie plage de sable blanc à environ 10 minutes à pied de la ville, en passant par-dessus la colline), une première Bintang (la bière locale) les pieds dans le sable et une nuit dans une chambre très très basique à Padangbai avant de prendre le bateau le lendemain pour Gili Air.

« Whitesand Beach », Padangbai

DSC_1268 IMG_20150929_170653

Nuit absolument infernale. Ma ghesthouse est située dans un angle, juste devant l’entrée et sortie des voitures du car ferry pour Lombok. Le car ferry fonctionne 24h/24 ! Donc environ toutes les heures c’est un défilé de kaxons, bruit de voitures et de motos (encore pire la nuit car tous les gros camions pleins de marchandises traversent la nuit)et un haut-parleur qui annonce l’arrivée du bateau à fond la caisse. Je ne sais pas le nombre de décibels que j’avais dans cette chambre mais impossible de fermé l’œil. Sans compter la mosquée juste à côté et également sur mon agréable voisin qui vers 23h s’est pris pour la nouvelle Céline Dion indonésienne, musique à fond (il a encore beaucoup de progrès à faire !). Merci les boules quies de l’avion, elle m’ont sauvée sur ce coup là ! Et de très bon matin c’est le coq qui s’y met (les cocorico de coq ça passe à travers les boules quies ! Argh). Heureusement que c’est que pour une nuit.

Le fast boat
Le fast boat

Donc départ à 9h pour Gili Air en bateau rapide plutôt confortable (1h, 250’000 IDR, 16.50 CHF, prix très variable selon l’agence et ta capacité de négociation, je suis plutôt dans la moyenne après comparaison avec d’autres gens du bateau). Traversée agréable. Musique et possibilité d’acheter des bières fraiches sur le bateau. Le bateau s’arrête d’abord sur Lombok, puis Gili Air, puis Gili Trawangan.

1ère escale à Lombok
1ère escale à Lombok
Arrivée au port de Gili Air
Arrivée au port de Gili Air

Gili Air

Les îles Gilis, c’est 3 îles :

  • Gili Trawangan: la plus grande, la plus fréquentée et touristiques aussi. Elle est surnommée la « party island ».
  • Gili Meno: très calme, je dirai idéale pour les couples, si tu veux te reposer et avoir la paix.
  • Gili Air: Entre les 2, atmosphère agréable, reggae, mais quand même un peu animé de petit bar de plages sympas. Le juste milieu !

Dans les 3 îles il n’y a pas de transports motorisés, les déplacements c’est à pied, à vélo ou à carriole tirée par un cheval si tu as la flemme 😉

les gilis

DSC_1275

J’ai choisir Gili Air pour la simple et bonne raison que c’était la seule où je n’étais pas encore allée ! Ben… c’est ma préférée !

Je me souviens maintenant pourquoi les Gilis était dans mon top 5 : une eau transparente, des belles plages de sable blanc, une atmosphère vraiment sympa, des jolis petits bungalows au bord de la plage pour pas cher… Qu’on s’y sens bien !!

IMG_20150930_144827IMG_20150930_151825 IMG_20150930_141031

Mon bungalow, 150'000 IDR, 9.95 CHF
Mon bungalow, 150’000 IDR, 10 CHF

A tout bientôt pour la suite, je pars samedi pour une « croisière » 4jours/4 nuits à destination de Komodo, Flores etc..

La suite c’est par ici: https://sophietraveltheworld.wordpress.com/2015/10/08/croisiere-4j3n-de-lombok-a-flores-ou-comment-tester-ses-limites/

Une réflexion sur “De Bali à Gili Air

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s